La phobie sociale

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: La phobie sociale est une peur irraisonnée de situations sociales particulières. La phobie sociale crée beaucoup de souffrance, de honte et de solitude

Une phobie de la relation à l'autre

La phobie sociale répond aux critères généraux des phobies: envahissement, anxiété, tentative d'évitement, honte... (commencer par l'article général consacré aux phobies). Elle portera spécifiquement sur des situations d'interaction avec les autres. Ces interactions peuvent être professionnelles, mais aussi familiales ou purement fortuites (une discussion inattendue avec une personne au super marché).

La phobie sociale va apparaître généralement durant l'adolescence. Souvent, c'est à ce moment que les premiers signaux de phobie sociale apparaissent. Toutefois, bien souvent, ce début de problème de relation aux autres sera interprété comme de la timidité, une crise passagère liée à l'adolescence. En tant que parent, l'évaluation de la situation se fera surtout sur base du caractère invalidant des anxiétés pour l'adolescent. Ces anxiétés peuvent mener par exemple à de la phobie scolaire: un refus quasi absolu de partir à l'école avec de grandes démonstrations de détresse.

La phobie sociale se nourrit elle-même

C'est la dimension en cercle vicieux de la phobie sociale: comme la personne phobique sociale est très anxieuse, il est évident que les réunions et rencontres avec les autres ne se passeront pas bien. Du point de vue émotionnel, on se situe clairement du côté aversif des émotions. Les réunions seront toujours vécues comme quelque chose d'intrinsèquement désagréable pour le phobique social.

Du point de vue perceptif et attentionnel, il a été démontré que la personne anxieuse sociale a tendance à surtout relever parmi les personnes de l'assistance (par exemple lors d'une présentation en public) la personne qui baille, la personne qui vient de regarder sa montre, la personne qui somnole dans le fond de l'auditoire. Il s'agit d'un phénomène bien connu: notre état émotionnel conditionne ce que nous observons dans notre environnement. Si nous avons faim, ce sont les snacks que nous allons repérer dans les alentours (et pas les fleuristes).

Du côté des personnes présentes aussi, des malentendus surviennent. La personne phobique sociale peut donner l'impression qu'elle ne s'intéresse pas aux autres, mais aussi donner une impression d'hostilité ou de dédain. Quel malentendu massif! Elle est seulement extrêmement tendue, redoute qu'on lui pose une question, vit une situation tellement inconfortable!