COVID-19 - Les professionnels du site s'organisent pour maintenir des consultations à distance.
Plus d'infos | Vers l'annuaire téléconsultations
Participer à une enquête de l'UCL concernant votre vécu psychologique de cette crise du COVID-19. Merci de donner entre 15 à 20 minutes de votre temps pour aider les chercheurs à cartographier la situation !

Eclairage neuropsychologique sur le rapport intime liant nos émotions et nos décisions rationnelles

Auteur:

Résumé: Nos émotions et nos décisions rationnelles sont enfin réconciliées par des recherches de neuropsychologie cognitive. Un article de Nicolas Vermeulen, Professeur de psychologie à l'UCL, chercheur en neuropsychologie

"Il faut pouvoir mettre ses émotions de côté pour faire le bon choix". "Il s'est à nouveau laissé envahir par ses émotions et a encore pris une mauvaise décision", etc., etc.

La toute grosse majorité d'entre nous est probablement convaincue que les émotions et les décisions rationnelles, cela ne fait pas bon ménage. Et que, lorsque l'une travaille, l'autre doit se tenir coi.

Pourtant, les avancées effectuées dans le domaine de la neuropsychologie semblent démontrer le contraire! Privé de ses émotions, un être humain n'arrive plus à prendre les décisions rationnelles adéquates dans des contextes spécifiques.

Les émotions, phénomènes somatiques autant que psychologiques, agiraient comme des marqueurs - positifs ou négatifs - indiquant à notre 'raison' la (bonne) direction à prendre dans des situations de prise de décision.

C'est ce qui est abordé dans cet article hautement intéressant et plutôt réservé aux lecteurs avertis.

Introduction à la neuropsychologie des émotions

Cet article, qui met en évidence un rapport nécessaire entre émotions et rationnalité, est issu d'une branche de la psychologie appelée neuropsychologie cognitive. Quasi inconnue du grand public, la neuropsychologie cognitive a une méthode d'approche très particulière. Elle étudie les lésions cérébrales et leur impact sur les comportements (l'agressivité, par exemple) et fonctionnements cérébraux (la mémoire, par exemple). Les neuropsychologues travaillent avec des instruments d'investigations les plus modernes. L'article suivant en est une magnifique illustration.

Damasio: les émotions en tant que marqueurs somatiques

Antonio R. DamasioAntonio Damasio va se repencher sur le célèbre cas de Phineas Gage, ouvrier des chemins de fer victime d'un terrible accident de travail: une barre à mine de 6kg et 3cm de diamètre lui explose littéralement l'avant du cerveau. Il va ré-analyser les données acquises par le Docteur Harlow, médecin de Phineas Gage, au milieu du 19ème siècle. Sur base de photographies du crâne de Gage (conservé à Harvard), il va reconstituer, virtuellement, le cerveau de Gage à l'aide de techniques modernes.

Il semble que les lésions de la partie orbitaire du cortex préfrontale de Gage soit à l'origine de ce changement de «caractère».

Aujourd'hui, d'autres patients présentent les mêmes modifications comportementales que Gage (la cas E.V.R. de Damasio et collaborateurs, 1990). Ces patients ont subi un traumatisme, un accident vasculaire ou une intervention chirurgicale (résection d'une tumeur).

Chez la plupart des patients ayant des lésions localisées sur la partie orbitaire du cortex préfrontal (tel E.V.R.), un contraste frappant peut être observé : ils obtiennent des résultats tout à fait normaux à une série d'épreuves neuropsychologiques mais présentent des difficultés dans la prise de décision dans la vie quotidienne. E.V.R. a un fonctionnement intellectuel normal (Q.I. normal) tout en étant incapable de prendre des décisions personnelles et sociales adéquates.

Damasio va attribuer au comportement des patients souffrant de lésions orbito-frontales l'étiquette de sociopathie acquise. Pour cet auteur, le cortex orbito-frontal est une zone qui connecte les aires associatives responsables de l'analyse et de l'intégration des stimuli extérieurs aux zones chargées de l'élaboration des plan d'actions et à celles contrôlant le milieu végétatif interne.

Ainsi, pour résumer: le cortex orbito-frontal va associer les sensations émotionnelles, qui sont implicites et automatiques, à un stimulus. Il va en même temps enregistrer cette relation et sera, par ailleurs, capable de réactiver les sensations émotionnelles lors d'une rencontre ultérieure avec le stimulus conditionnant. Damasio (1995) parle de 'marqueurs somatiques' qui permettraient donc à un individu de prendre en considération ses rencontres précédentes avec des stimuli et d'en tirer parti pour la réalisation de ses choix et de ses plans d'actions.

Les marqueurs somatiques et la prise de décision

Plus spécifiquement, les lésions de la partie ventro-médiane (VM) du cortex frontal ont été étudiées dans le cadre de l'hypothèse de marqueurs somatiques (Bechara et al.,1999; & Bechara, 2000). La région VM du cortex préfrontal comprend les aires 11, 12, 13, 25, 32, et 10 de Brodmann.

Figure 1
Figure 1 - Représentations sous différents angles des lésions ventromédianes (VM) de 4 patients. A gauche, vue du dessous, l'hémisphère droit est à gauche.Au milieu, vues des faces médianes des deux hémisphères (gauche au-dessus et droit en-dessous). A droite, coupe frontale de l'hémisphère droit. D'après Bechara et al. (1999). Les couleurs correspondent au chevauchement des lésions : les lésions spécifiques a chaque patient sont en bleu. Lorsque deux patients ont des lésions aux mêmes endroits, la couleur est rouge.

Les patients atteints de ce type de lésions ne génèrent quasiment plus de réponses somatiques suite à la présentation de stimuli émotionnels. Les patients VM ne montrent pas de variations de réactions cutanées (réponses électrodermales) suite à la présentation de stimuli émotionnels (corps mutilés, ou personnages nus), alors que les sujets de contrôle montrent une variation de conduction cutanée.

Par ailleurs, lorsqu'il leur est demandé de générer des images émotionnelles personnelles, les réponses somatiques sont également très faibles. Les patients tout comme les contrôles devaient se remémorer des événements émotionnels (mariage, funérailles, accidents de voiture, situations de colère) et évaluer l'intensité subjective. Comme le souligne Bechara (2000), les patients VM peuvent clairement décrire des situations émotionnelles mais ont tendance à leur attribuer une intensité subjective basse, ce que confirme leurs réactions cutanées qui évoluent de façon parallèle (Figures 2 et 3).

Figure 2
Figure 2. Réactions cutanées en fonction du type d'émotion


Figure 3. Evaluation subjective de souvenirs générés personnellement par émotion.

En situation de prise de décision le cortex VM va contribuer à réactiver les signaux somatiques liés aux rencontres que le sujet a réalisées précédemment avec des stimuli (contexte et environnement compris).

Ainsi, lorsqu'une décision doit être prise, le Cortex VM va permettre à ces signaux somatiques d'étiqueter comme 'mauvais' ou 'bon' les divers choix possibles.
Situation expérimentale: la tâche du Casino.
Bechara et collaborateurs ont créé une tâche de prise de décision qui soit le plus proche possible des situations de vie réelle. Ainsi, il leur incombait d'inventer une épreuve pour laquelle le calcul précis des conséquences à venir est impossible, où les choix sont le résultats d'approximations.

La tâche du casino

Ils ont de ce fait développé la tâche du casino (Gambling task) qui prend en considération l'incertitude, les récompenses et les pénalités.

Voici le principe : Le sujet reçoit 75.000FB au départ, son but étant de faire fructifier cette somme. Il doit par la suite prendre 100 cartes (une à la fois) parmi 4 tas de cartes A, B, C, D, en commençant par celui de son choix et en changeant de tas dès qu'il le désire et autant de fois qu'il le souhaite.

Ceci étant, le choix des sujets est conditionné par un système de pertes et profits propre à chaque tas. Ainsi, chaque fois que le sujet prend une carte dans les tas A ou B, il gagne 3.500 fb, alors que dans les tas C et D, il gagne 1.750FB. D'autre part, les pertes sont plus importantes dans les tas à hauts profits (A et B) que dans ceux à bas profits (C et D).

Ainsi, si le sujet prend 10 cartes en A ou B il gagne 35.000 fb, mais parmi ces 10 essais, 5 cartes vont amener une perte de 43.750FB. Ce qui coûte en définitive 8.750FB au sujet toute les 10 cartes. Dans les tas C ou D, le sujet gagne moins d'argent : 17.50FB toute les 10 cartes mais perd également moins d'argent, puisque sur les 10 cartes, il ne perd que 8.750FB. Soit au total, pour 10 cartes prises en C ou D, le sujet gagne 8.750FB.

Pour résumer, à moyen et long terme les tas A et B sont désavantageux mais les tas C et D sont avantageux.

Bechara et Collaborateurs (1994) ont réalisé une expérience avec 13 sujets normaux et 6 patients VM. Ils ont observé qu'en avançant dans le jeu, les sujets normaux tendaient à éviter les tas A et B, en privilégiant les tas C et D. Les patients VM au contraire n'évitaient pas les mauvais tas. Pour ces auteurs, ces résultats sont le reflet de l'incapacité des patients VM à décider avantageusement dans la vie de tous les jours, sachant qu'il est impossible dans cette épreuve de calculer précisément les gains et les pertes tout comme dans la vie quotidienne.

Par ailleurs, selon ces chercheurs, d'autres données appuient l'hypothèse des marqueurs somatiques. Ainsi, les patients VM sont incapables de produire des réponses somatiques (marqueurs) alors qu'une option est considérée et qu'une décision doit être opérée.

Bechara et Collaborateurs (1996) ont étudié 12 sujets contrôles et 7 patients VM dans la tâche du casino tout en mesurant simultanément les niveaux d'activation somatique (variation de la conduction cutanée). Tant les patients VM que les contrôles montrent des modifications de conduction cutanée après avoir effectué un choix et donc après avoir appris le gain ou la perte. L'énorme différence résidait dans le fait que les sujets contrôles commençaient à générer des réponses électrodermales anticipées (i.e. avant de choisir un tas) à mesure qu'ils avançaient dans la tâche. Ces réactions anticipées étaient plus amplifiées lorsque les sujets allaient choisir une carte dans un des tas désavantageux (A ou B). Les patients VM au contraire ne produisaient pas ces réactions anticipées.

Ceci soutiendrait l'hypothèse selon laquelle des marqueurs somatiques liés aux rencontres précédentes avec des stimuli seraient réactivées lorsque l'individu se retrouverait confronté aux mêmes stimuli, permettant de faire un choix plus judicieux.

Conclusions

Ce dossier met très clairement en évidence le rôle des émotions dans les prises de décisions quotidiennes. La culture occidentale sépare émotions et raisons depuis de nombreux siècles, faisant de l'émotion une sorte de parasite de la décision rationnelle. Selon le modèle présenté ici, les émotions seraient en fait un marqueur somatique (corporel) qui nous permettrait d'évaluer le caractère désirable ou non d'une décision. Selon l'émotion ressentie, nous serions donc orienté, par exemple, vers l'approche (émotion positive) ou la fuite (émotion négative). L'émotion donne une étiquette (positive ou négative) à une situation ou une émotion.

Ce dossier aura également permis de présenter l'approche de la neuropsychologie cognitive. Une des principales approches de cette branche de la psychologie travaille à partir de personnes souffrant de lésions cérébrales. L'objectif de cette méthode permet de mettre en évidence ce qui ne fonctionne pas suite à une lésion particulière du cerveau. Et de là de mettre en évidence l'intervention d'une zone cérébrale pour un comportement particulier de l'être humain.

Références en neuropsychologie des émotions

>> Bechara, A., Damasio, A.R., Damasio, H., & Anderson, S.W. (1994). Insensitivity to future consequences following damage to human prefrontal cortex. Cognition, 50, 7-15.
>> Bechara, A., Tranel, D., Damasio, H., & Damasio, A.R. (1996). Failure to respond autonomically to anticipated future outcomes following damage to prefrontal cortex. Cerebral Cortex, 9, 215-225.
>> Bechara A., Damasio, H., Damasio, A.R., & Lee, G.P. (1999). Different contributions of the human amygdala and ventromédial prefrontal cortex to decision-making. The Journal of Neuroscience, 19, 5473-5481.
>> Bechara, A. (2000). L'hypothèse des marqueurs somatiques : implications pour une approche cognitive de la psychopathie et de la sociopathie. In M. Van der Linden, J.-M. Danion, & A. Agniel (Eds.), La psychopathologie : une approche cognitive et neuropsychologique (pp. 295-313). Marseille : Solal.
>> Bechara, A., Damasio, H., & Damasio, A.R. (2000). Emotion, decision making and the orbitofrontal cortex. Cerebral Cortex, 10, 295-307.
>> Damasio, A.R., Tranel, D., & Damasio, H. (1990). Individuals with sociopathic behavior caused by frontal damage fail to respond autonomically to social stimuli. Behavioral Brain research, 41, 81-94.
>> Damasio, A.R. (1995). L'erreur de Descartes : la raison des émotions. Paris : Odile Jacob.