Réagir au spasme du sanglot et chantage affectif

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Le spasme du sanglot est une manifestation très impressionnante, certes, mais tout à fait bénigne. Pourtant, certaines réactions sont à éviter

Recommandations aux parents, famille et enseignants

Si le spasme du sanglot est tout à fait bénin, rendez-vous tout de même chez votre pédiatre qui pourra examiner l'enfant, vous rassurer et confirmer le spasme du sanglot. Si vous être parents, parlez-en à ses instituteurs, afin de ne pas les traumatiser si cela arrive en classe (faites-leur lire cet article par exemple).
Le spasme du sanglot n'est pas une crise d'épilepsie et ne doit donc pas faire l'objet de traitements particuliers: il disparaîtra de lui-même en même temps que votre enfant grandira.

Le principal risque du spasme du sanglot: le chantage de l'enfant!

Si le spasme du sanglot est bénin, le principal risque est éducatif: ne rien refuser à l'enfant de peur qu'il ne fasse une crise. Au contraire, l'action éducative devra se centrer sur la gestion, par l'enfant, des émotions qui l'assaillent. Sinon, comme tout enfant, il apprendra vite à en profiter pour exiger tous ses caprices! Un petit jeu bien naturel à bloquer très rapidement.
Les principales conséquences négatives du spasme du sanglot se situant donc ici: conséquences sur la famille et les relations familiales: on a tout laissé faire à l'enfant qui devient tyrannique...

RETOUR AUX ARTICLES