La sexothérapie

Auteure: Valérie L'Heureux

Résumé: Quelles sont les différences et les spécificités d'une sexothérapie par rapport à une thérapie classique?

Le titre de sexothérapeute n’est pas protégé en Belgique, tout comme celui de thérapeute ; prendre rendez-vous n’est pas toujours simple.

Qui consulter ? Un médecin sexologue ? Un psychologue formé en sexologie ? Un centre pluridisciplinaire?

Les universités de Bruxelles, Louvain et Liège offrent des formations complémentaires aux étudiants issus du monde médical ou paramédical. N’hésitez pas à demander au sexothérapeute son parcours de formation ainsi que les outils de traitements qu’il vous propose. Ces outils vont de la psychanalyse aux thérapies sexo-fonctionnelles, en passant par l’analyse systémique, l’hypnose, la sophrologie,etc. Les causes de troubles sexuels étant le plus souvent multifactorielles, les approches combineront idéalement plusieurs outils.

Pour quels troubles vient-on consulter un sexothérapeute ?

Un couple en difficulté au lit Les plaintes les plus fréquentes sont les troubles du désir, tant chez l’homme que chez la femme. Ils traitent également les dysfonctions érectiles et les troubles de l’éjaculation pour l’homme et les douleurs durant l’acte sexuel et l’anorgasmie chez les femmes.

Voilà pour l’essentiel des patients mais des demandes quand à l’identité sexuelle, ou des questions quand à des déviances sexuelles ne sont pas rares.

Faut-il consulter seul ou avec son ou sa partenaire ?

Il n’y a pas de réponse toute faite, valable pour tous : le thérapeute pourra idéalement vous conseiller. Parfois, les résultats seront plus rapides et plus durables si l’on vient à deux, parfois venir seul permet de s’épancher plus ouvertement ou d’acquérir plus d’assurance ou de préserver son jardin secret.

Quels résultats peut-on attendre d’une sexothérapie ?

La ou les premières séances permettront de préciser quel est le but à atteindre. Les personnes qui vont jusqu’au bout de la thérapie estiment à 70% que leur but est atteint! Les autres constatent une amélioration manifeste : exposer ses difficultés, les mettre en mots, les partager, c’est déjà dédramatiser et rentrer dans une logique active par rapport à sa souffrance. Même si la démarche n’est pas facile et que l’appréhension reste forte, cela vaut la peine de diminuer ses souffrances et celles de son ou sa partenaire.

Est-ce long ? Couteux ?

Selon l’ampleur du problème, cela peut prendre d’une seule séance à une dizaine, il sera plus rapide de donner des informations ou de rassurer que de traiter des problèmes relationnels complexes et anciens. Les séances durent environ 50 minutes et coûtent entre 35 et 70 euros ; une fréquence d’une fois par semaine est le plus souvent recommandée en début de thérapie, pour s’espacer à tous les quinze jours ensuite. Votre thérapeute n’hésitera pas à préciser son mode de fonctionnement lors du premier entretien et répondra à toutes vos questions.


Annuaire des sexologues