Le psychologue et les vacances

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: L'année est ponctuée de moments où tantôt le psychologue, tantôt ses patients partent en vacances. Angoisses ou opportunité, dois-je payer lorsque je suis en vacances ? Quelques réflexions sur le sujet

Le psychologue sous les palmiers Le moment des vacances, les vôtres ou celles du psychologue, peuvent représenter un petit passage difficile. Mais aussi une opportunité dont vous pouvez retirer certains bénéfices.

Un moment difficile - Ces vacances peuvent représenter un moment un peu angoissant, particulièrement si vous vous trouvez en période de crise. Durant cette période de crise, les repères habituels ont tendance à ne plus fonctionner; parfois on ne se reconnaît plus soi-même. Les rendez-vous hebdomadaires avec le psychologue représentent alors des points de repères rassurants durant lesquel le psychologue resitue et recadre les difficultés.

Devoir s'en passer pendant deux ou trois semaines peut parfois donner quelques frissons et angoisses ou l'impression que l'on va se retrouver tout seul.
La solitude bien réelle de certains peut augmenter ces sentiments; le psychologue étant considéré comme cette personne très fiable à la présence si importante qui nous aide à retourner vers les autres.

Selon les cas, il peut être important de préparer cette période de vacances, de l'anticiper et de pouvoir parler des difficultés que vous pressentez à rompre le rythme de travail. Du côté du psychologue, il y a aussi moyen de prendre plusieurs périodes courtes de vacances sur l'année plutôt qu'une seule et longue absence.

Un break à exploiter - Ces vacances sont en effet une opportunité de fonctionner, justement, sans ce repère hebdomadaire. Pour vous rappeler (si nécessaire) que vous pouvez parfaitement passer quelque temps sans le psy, en le laissant au placard. Les vacances sont le moment de se détendre en famille ou entre amis, plus que celui de penser à son psy.
C'est une façon de rappeler aussi que l'objectif de tout travail psychologique est de viser l'autonomie. Et cela vaut certainement par rapport au psychologue ! L'objectif de tout travail psychologique étant d'ailleurs d'arriver un jour à vous en passer.

Le retour des vacances sera pour beaucoup le moment de faire le point: où en sommes-nous, quels sont nos objectifs ... ?
Dans certains cas encore, ce sera le moment de mettre fin à la psychothérapie. On peut se rappeler après les vacances... si nécessaire.

Payer les séances quand je suis en vacances ? - Il s'agit d'une pratique que l'on retrouve parfois. Sachez, concernant les psychologues, que rien ne les autorise ni ne vous oblige à agir ainsi. Il s'agit même, d'après moi, d'une transgression par rapport à notre code de de déontologie qui est très clair à ce sujet, qu'il s'agisse d'une recherche, une investigation, une guidance ou un traitement: il (le psychologue) reconnaît le droit du client ou du sujet d’interrompre sa participation à n’importe quel moment. Je vous invite donc clairement à ne pas accepter une telle pratique !

Bonnes vacances.

Retour au sommaire des articles