Des causes liées à la victime de harcèlement au travail

Auteure: Dominique Rulkin
Consultations: 1400 Nivelles et 7090 Braine-le-Comte
Plus d'infos, autres publications: vers sa fiche d'auteure

Résumé: Certains éléments responsables de la mise en place d'une situation de harcèlement professionnel peuvent être liés à des caractéristiques de la personne harcelée

Différents types de harcèlement ont pu être identifiés et sont liés à des caractéristiques du harceleur Une personne harcelée

Des éléments se rapportant à la victime sont susceptibles de « faciliter » la situation de harcèlement, même si un profil type de la victime de harcèlement n’existe pas. Certaines caractéristiques développées ci-dessous montrent également l’importance de la notion de groupe (du poids des normes) dans l’apparition de situations de harcèlement.

A. Certains traits de personnalité

Plusieurs enquêtes ont révélé que les victimes de harcèlement réunissent en général quelques caractéristiques telles qu’une faible estime de soi, de la timidité, un sentiment de faible auto-efficacité (« je ne vais pas m’en sortir »), de l’instabilité émotionnelle ou encore de la passivité. Mais il s’agit de rester très prudent à l’égard de ces caractéristiques, celles-ci étant évaluées après la situation de harcèlement et ne signifient donc pas nécessairement qu’elles étaient présentes avant les faits !
Une autre caractéristique souvent relevée est l’opposition, la résistance à l’autoritarisme qui peut d’ailleurs constituer un événement déclencheur.

B. Des attitudes face au travail

Sur le plan professionnel, les victimes peuvent avoir une forte conscience professionnelle, être ambitieuses et être dotées de qualités relationnelles. Elles ont souvent une volonté de bien faire. Ces attitudes peuvent déranger et susciter les jalousies mais peuvent aussi les enliser dans le processus de harcèlement.

C. Des différences par rapport au groupe

Les victimes peuvent présenter une ou plusieurs caractéristiques qui les différencient des autres membres du groupe. Il peut s’agir de différences de niveau de formation, d’origine sociale, d’appartenance culturelle, d’orientation sexuelle, d’ancienneté, de convictions religieuses, d’appartenance ethnique, d’un handicap ou d’une fragilité physique, … Avoir un statut professionnel particulier (par exemple, être délégué syndical, avoir un statut précaire, …) peut aussi avoir une influence.

D. Des circonstances privées qui fragilisent la personne

Le harcèlement peut être facilité par certaines caractéristiques relevant du contexte privé de la personne, telles qu’une situation économique précaire, des difficultés familiales, … Ces caractéristiques peuvent intervenir dans le mécanisme « de sélection » de la victime mais aussi expliquer des réactions particulières de la victime (celle-ci pouvant être plus réactive, prendre davantage à cœur les remarques car étant plus vulnérable).

E. Présenter des comportements se différenciant des autres, qui sont mal acceptés

Agir différemment des autres, être en décalage par rapport aux modes de fonctionnement, aux valeurs, aux manières de faire des autres (en bref, ne pas "entrer dans le moule") peut contribuer au processus de violence au travail. Cela peut prendre différentes formes : s’opposer au leadership d’un des membres, proposer d’autres manières de travailler, adopter un rythme de travail différent, mettre en évidence certains dysfonctionnements, être perçu comme envahissant ou agressif ou au contraire « trop mielleux » ....


Sommaire des grandes causes | Sommaire général du dossier harcèlement moral