Le triple volet de symptômes du burn-out

Auteure: Dominique Rulkin
Consultations: 1400 Nivelles et 7090 Braine-le-Comte
Plus d'infos, autres publications: vers sa fiche d'auteure

Résumé: Nous pouvons résumer les symptômes du burn-out en un triple volet: l'épuisement, le désinvestissement et la perte de sens

Burn-out: l'épuisement professionnel

Le premier volet (qualifié d’épuisement émotionnel) se caractérise par plusieurs manifestations. La fatigue est le plus souvent autant physique qu émotionnelle et mentale. Il s’agit d’une absence quasi-totale d’énergie. Les ressources et les réserves d’énergie de la personne sont complètement épuisées et cette dernière a l’impression qu’elle n’a aucun moyen à sa disposition pour recharger ses batteries (le repos, une nuit de sommeil n’ayant pas ou peu d’effet !). Les difficultés se manifestent aussi sur le plan de la gestion des émotions : parfois incapable d’exprimer la moindre émotion, la personne peut aussi connaître des crises de d’énervement, de colère, de larmes qui paraissent incontrôlables. La personne ne parvient plus à gérer correctement les frustrations. Une irritabilité et une susceptibilité accrues sont également observées. La personne n’est plus capable de fournir des efforts d’adaptation et toute demande de changements lui paraît insurmontable. La personne rencontre des difficultés d’ordre cognitif, comme des pertes de mémoire, des problèmes de concentration, une perte du sens des priorités …
Les difficultés peuvent se présenter également au niveau du corps (ce sont d’ailleurs parfois les seules plaintes que la personne va exprimer) : une fragilité accrue aux infections, des douleurs musculaires, un blocage de dos, des maux de tête persistants … Au travail, la personne peut présenter un absentéisme plus important ou au contraire « sur-investir » son travail en allongeant les heures produites pour compenser la perte d’efficacité.

Burn-out: la déshumanisation

Le deuxième volet correspond à la dimension interpersonnelle du burn-out et qui en constitue le noyau central. La personne n’est plus elle-même et ses attitudes et comportements vis-à-vis des autres vont se dégrader au fur et à mesure de l’évolution du burn-out. On qualifie cette étape de « déshumanisation », de désinvestissement de la relation à l’autre. Elle se traduit par une mise à distance des autres pour se protéger de ces relations qui sont devenues si difficiles. La personne perd sa capacité d’empathie et semble se désintéresser de plus en plus des autres et de leurs problèmes éventuels. Elle devient froide, distante, méfiante voire cynique à l’égard d’autrui. Elle s’isole de plus en plus socialement et présente des comportements parfois à l’opposé de sa nature habituelle. Le plaisir de la rencontre, l’altruisme se muent en frustration et en désincarnation de la relation.

Burn-out: auto-dépréciation

Finalement, la troisième caractéristique du burn-out représente la dimension d’auto-dépréciation. Elle tient en une diminution du sens de l’accomplissement et de la réalisation de soi ou en une forme de sentiment d’inefficacité personnelle. Le sentiment d’échec personnel apparaît donc plus tardivement dans l’évolution du burn-out. La personne commence à douter d’elle et de ses capacités. Elle a l’impression de ne plus être efficace et de ne plus faire du bon travail. Elle se dévalorise, se culpabilise et se démotive pour son travail. A ce stade, le risque de développer conjointement une dépression est majeur. La personne peut en arriver à une perte de sens complète pour son travail et à un dégoût pour celui-ci. A ce niveau, se réapproprier le sens du travail et y retrouver du plaisir peut prendre beaucoup de temps …


Un état de burn-out avancé s’accompagne d’une souffrance mentale sévère et d’un stress perçu très important.

Il faut bien imaginer que cette évolution graduelle de la situation est extrêmement pénible à vivre car la personne ne se reconnaît plus et ses nouveaux comportements sont parfois en parfaite contradiction avec sa manière de fonctionner habituelle.

Ainsi, des personnes habituellement calmes, ouvertes, positives et sociables deviennent rigides, méfiantes, distantes.


Vers le sommaire | Suite: quelques idées fausses concernant le burn-out