Physiologie du burn-out

Auteure: Dominique Rulkin
Consultations: 1400 Nivelles et 7090 Braine-le-Comte
Plus d'infos, autres publications: vers sa fiche d'auteure

Résumé: Comment mieux comprendre le burn-out en tant que résultat d’un stress chronique ? Quel est le mécanisme (neurophysiologique) qui entre en jeu ?

Quand le stress chronique devient burn-out

Le burn-out peut-être considéré comme la conséquence d’un stress chronique. Comment comprendre les effets nocifs du stress sur notre santé physique mais aussi mentale, et sur la survenue d'un burn-out ?

Stress positif

Le stress n’est pas nécessairement nocif. Il le devient quand il perdure, devient chronique.

Une situation perçue comme dangereuse ou désagréable provoque une réaction en chaîne qui débute dans le cerveau et aboutit à la production de cortisol par les glandes surrénales. Le cortisol (aussi appelé hormone du stress) a pour objectif de faire face à la situation stressante en augmentant la fréquence cardiaque, la tension artérielle, la température corporelle et en mobilisant l’énergie du glucose pour réagir au stimulus stressant.

Quand le stress est ponctuel, il n’y a pas d’effet nocif pour notre corps. En effet, une fois le danger passé, un mécanisme de régulation est présent dans notre cerveau et va apaiser la réaction (rôle de l’hippocampe). Les taux d’hormones secrétées pour faire face au stress reviennent à la normale.

Stress nocif

Par contre, si le stress est trop intense ou se répète de manière chronique, notre cerveau est saturé de cortisol et ne peut plus assurer la régulation. Le cortisol est secrété de façon anarchique, il inonde et attaque l’organisme, envahit le cerveau et l’agresse.

Le cortisol attaque les neurones, notamment au niveau de l’hippocampe, lieu de la mémoire et centre de l’orientation spatiale. Ce qui explique les troubles de la mémoire, de la concentration, de l’orientation rencontrées par des personnes souffrant de dépression ou de burn-out. D’autres régions du cerveau sont également concernées et contribuent à expliquer certains symptômes rencontrés (les réactions émotionnelles disproportionnées, l’anxiété …).

Une réaction de stress prolongée affaiblit également les réserves énergétiques de l’organisme et a des impacts négatifs sur les systèmes cardio-vasculaire (tension élevée par exemple) et immunitaire. Le stress peut ainsi conduire à diverses maladies et accélérer certains aspects du vieillissement.

Les conséquences d’un stress prolongé sont donc loin d’être négligeables, tant sur le plan physique que mental.

Retour à la normale

Ces processus nocifs, qui fort heureusement sont réversibles, vont pouvoir s’apaiser lorsque le stress s’en va, au repos, grâce à l’exercice physique et à des prises en charge adaptées. La remise en ordre de l'ensemble des paramètres physiologiques liés au stress explique en grande partie la durée du processus de récupération, qui peut être assez long.


Vers le sommaire | Suite et fin: traitement et accompagnement du burn-out