Stéphanie Gilbert psychologue à 1060 Saint-Gilles

Rue Antoine Bréart, 100 | 1060 Saint-Gilles

Cabinet de consultation privé (Saint-Gilles) & Centre de thérapies "Mon Verger" (Genval)

Un téléphone0492 / 92 60 42

Une enveloppe Utiliser le formulaire pour envoyer un email

Résumé

Psychologue - Psychothérapeute

Description de la psychologue

Psychologue clinicienne et formée à la thérapie familiale et systémique, mon approche est globale, humaniste, concrète et respectueuse du réseau déjà existant autour de la personne.
Les suivis sont donc réalisés « sur mesure » et proposent des outils adaptés au public rencontré.

- L’enfant/l’adolescent et sa famille…

Plus de quinze années passées dans le secteur de l’Aide à la jeunesse m’ont amenée à me familiariser au travail avec des adolescents dont les familles traversent des crises aux problématiques multiples.

La crise, comme point de rupture entre une personne et son environnement au moment où un changement se produit, a donc été l’occasion de faire l’expérience, avec les familles, que des réaménagements relationnels sont possibles.

Parfois, ces réaménagements au sein de la famille se font spontanément. Parfois le temps n’est pas suffisant car les ressources familiales peuvent être bloquées.
Ce sont des situations dans lesquelles un enfant ou un adolescent peut inquiéter ses parents ou l’entourage par des comportements qui freinent son développement ou qui l’empêchent de grandir.
Chez l’enfant, cela peut se manifester par de l’anxiété, des difficultés dans les apprentissages, un repli sur soi, par exemple.
Chez l’adolescent, cela peut se manifester par un décrochage scolaire, des phobies, de la délinquance, des addictions, des troubles alimentaires, par exemple.

La thérapie familiale propose le postulat que l’enfant/l’adolescent, porteur des difficultés, est le porte-parole d’une souffrance familiale plus large qui révèle des dysfonctionnements relationnels impliquant plusieurs membres dans la famille (frères et soeurs, parents, grands-parents).
Le symptôme persistant chez l’enfant/l’adolescent se dévoile alors comme étant au service, inconsciemment, de l’intérêt familial.
C’est le signe que des changements auxquels la famille est confrontée (entrée d’un enfant dans l’adolescence, maladie grave d'un parent, deuil, conflit parental, séparation, par exemple) demandent une nouvelle adaptation à laquelle la famille résiste.

Dans la thérapie familiale, il est donc question de passer d’une lecture individuel de la souffrance à une lecture à plusieurs voix.

Dans cette perspective, le symptôme porté par l’enfant/l’adolescent peut s’avérer être un levier thérapeutique pour re-mobiliser les ressources familiales et surmonter la crise. C’est en avançant comme partenaire avec les adultes qui partagent la vie de l’enfant/l’adolescent que la souffrance de l’enfant/l’adolescent peut révéler de nouveaux sens et ouvrir à de nouvelles organisations créatrices de ressources dans l'ensemble du système.

- L’adulte…

Une personne peut traverser une période de questionnements, de malaises, de souffrances.
En individuel, s’adresser à un psychothérapeute peut être une manière de se créer une « bulle » pour se centrer sur soi.
Cette « bulle », dans laquelle chaque rendez-vous est un temps d’arrêt, permet de se mettre en chemin en laissant la place à un processus à la fois intérieur et relationnel.

Comme pour la chrysalide, les changements-mouvements sont intérieurs et sont des temps de transformations importants pour mieux définir ses attentes, trouver les moyens de les adresser, faire le point et puis devenir.

- Le couple…

Le couple est un organisme complexe qui ne se résume pas à la somme de deux partenaires. 1+1=2 ?
Il est une co-construction des partenaires avec une histoire commune et deux histoires héritées des familles d’origine de chacun des partenaires. Dès lors, 1+1=3 !

Au travers des différentes étapes de son cycle vital, le couple peut rencontrer des déséquilibres qui se rigidifient et laissent peu de place à de nouveaux échanges créatifs.
Le couple peut alors vivre une crise significative en ré-interrogeant ses fonctionnements et re-questionnant ses fondements et valeurs.
Qu’est-ce qui fait crise aujourd’hui ?

Un couple qui s’adresse à un psychothérapeute, ce sont deux partenaires qui se donnent rendez-vous à intervalles réguliers autour de l’avenir du couple, en recherche de ce qu’ils souhaitent transformer dans leur relation.

- La personne âgée…

Dans la vie de la personne âgée, les pertes prennent de plus en plus de place et peuvent être cumulatives.
Ces pertes concernent plusieurs domaines. Celui des relations affectives, de par la mort de personnes proches, l’absence de contact avec un(des) enfant(s) ou le retrait de la personne âgée de ses activités sociales. Celui de l’autonomie physique, de par la diminution de la locomotion, de la vue, de l’audition et des limitations fonctionnelles relatives à des problèmes de santé. Et le domaine de l’autonomie psychique, de par la pensée qui s’altère lorsqu’une démence est installée.

Ces pertes sont source d’angoisse et de tristesse.

Cependant, face à ses pertes, la personne âgée continue à adresser quelque chose d’elle-même (de son désir) à son entourage.

Au niveau familial, les pertes d’autonomie physique et psychique d’un parent âgé ou du couple âgé peuvent faire crise en réactivant des questions intimement liées au fonctionnement familial mais aussi en amenant de nouvelles questions liées à la fin de vie.
Face à ces pertes, le « mettre en place » et « accepter » des aides chez le sujet âgé devient un processus dans lequel les représentations et limites de chacun dans la famille sont touchées et dans lequel les ressources familiales sont ré-interrogées.

Rencontrer la détresse familiale face aux pertes d’autonomie psychique et physique d’un(des) parent(s) âgé(s), c’est repérer ce qui fait crise, pour qui et comment, contenir l’angoisse et garder une attention constante quant aux nouvelles organisations créatrices de ressources dans l’ensemble du système.

Rencontrer la détresse psychique de la personne âgée, c’est réassurer le lien, accompagner les mouvements de vie toujours présents, accueillir les émotions (au niveau verbal et non verbal), réanimer la pensée par l’évocation de souvenirs (par exemple au travers d’un album photos), retrouver la trame affective entre des parties de souvenirs dont les ponts de sens s’effacent petit à petit.

Patientèle habituelle de la psychologue

Familles - Couples - Adolescents - Adultes - Personnes âgées

Note complémentaire

Je peux prévoir de me déplacer au domicile de la personne âgée, avec son accord. Chaque situation est donc évaluée au cas par cas en fonction de la demande, de la problématique psycho-gériatrique et du réseau autour de la personne.

Formations

Licence en Sciences Psychologiques (UCL)
Formation à la thérapie familiale et systémique (CEFS)

Autres annuaires et insertions

Les autres infos annuaire ou adresses de Stéphanie Gilbert:

1 adresse sur 1060 Saint-Gilles référencée dans:

  Annuaire des psychothérapeutes

  Annuaire des psychologues pour enfants et adolescents

  Annuaire des thérapeutes de couple

  Annuaire des thérapeutes familiaux

1 adresse sur 1332 Genval référencée dans:

  Annuaire des psychologues

  Annuaire des psychothérapeutes

  Annuaire des psychologues pour enfants et adolescents

  Annuaire des thérapeutes familiaux