La thérapie d'acceptation et d'engagement

Auteur: Egide Altenloh

Résumé: Egide Altenloh, psychologue, nous explique ici les fondements de la thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT)

« Arrêtons nous un instant pour accueillir et écouter ce qui se passe, ici, maintenant, dans votre ressenti »
Est une phrase ce que vous pourriez entendre chez un thérapeute qui pratique la Thérapie d’Acceptation et d’Engagement.

« Si vous aviez le choix d’agir en cohérence avec la personne que vous êtes et non de réagir à cette situation, que feriez-vous ? »
En est une autre.

Acceptation et engagement. Deux mots. Ni plus, ni moins.

La Thérapie d’Acceptation et d’Engagement est un outil clinique développé dans les années 90’ et qui a pris de plus en plus d’ampleur outre atlantique pour se diffuser largement de par le monde. Parmi les derniers nés des thérapies comportementales et cognitives, de la grande famille des thérapies dites de « troisième vague », cet outil est passé à l’épreuve de nombreuses études de validation et d’efficacité. Elle s’en sort très avantageusement, tant face à des listes d’attentes que face à des autres thérapies dont l’efficacité clinique est empiriquement vérifiée.

Une thérapie comportementale, humaniste et existentielle

La Thérapie d’Acceptation et d’Engagement, dite ACT (prononcé « acte »), est une thérapie comportementale humaniste existentielle.
Comportementale d’abord, car elle est basée sur les théories de l’apprentissage et sur la théorie comportementale contemporaine du fonctionnement cognitif : la théorie des cadres relationnels.
Humaniste ensuite, car elle met l’humain au centre de la relation et des préoccupations. La question n’est plus le symptôme, mais la personne. Le style n’est plus l’expertise et la neutralité mais l’authenticité et la vulnérabilité. On ne parle plus de client, de patient ou de bénéficiaire, mais de personne, d’une rencontre, d’un accompagnement.
Existentielle finalement, car le sens, les valeurs et les besoins sont le cœur de l’intervention. Le sens est ici à prendre selon l’acception de « mettre du sens dans sa vie sur base de son expérience présente » et non la recherche du sens des comportements présents par l’analyse du passé.

La conception du symptôme

Sur le plan de la symptomatologie, elle se positionne radicalement en opposition des autres thérapies comportementales (mais pas que) par son désaveux de l’utilité de supprimer le symptôme. En se sens, elle s’apparente plus à la thérapie brève ou supprimer le symptôme est une tentative de solution inefficace. L’ACT part du postulat (il en faut bien quelques-uns) que la tentative de solution majeure rencontrée dans la plupart des pathologies est l’évitement expérientiel.
L’alternative à cet évitement est l’ouverture à l’expérience, l’acceptation radicale de celle-ci de façon à pouvoir dégager son énergie de la lutte contre l’expérience inconfortable au profit de l’engager dans des comportements qui vont mettre du sens et de la croissance dans la vie de la personne. Sans remettre en question l’idée que nos actes sont en grande partie issus de notre histoire d’apprentissage, l’analyse de celle-ci n’est pas le choix de l’ACT, davantage orienté sur le présent et l’avenir que sur le passé.

Pour réaliser cet objectif de sens, l’ACT va promouvoir la flexibilité psychologique dans différentes dimensions de l’expérience : émotionnelle, cognitive, identitaire et comportementale. Elle va s’atteler à éclairer ce qui est important pour la personne dans sa vie, déterminer ce qui l’empêche d’avancer dans cette direction et l’aider à dépasser ses blocages avec différents outils expérientiels comme la pleine conscience, l’acceptation, la défusion et l’activation de comportements valorisés.

En conclusion concernant l'ACT

Pour conclure, l’ACT propose un changement radical de paradigme existentiel : Accueillir son expérience inconfortable, car celle-ci est utile, dans le sens où elle nous donne des informations précieuses sur la personne que l’on est, et avancer en engageant des actions profondément reliées à ce qui fait sens pour nous.

Acceptation et engagement. Deux mots. Ni plus, ni moins.


En savoir plus

Pour plus d’informations sur la thérapie ACT en Belgique et en France :
www.egide-altenloh.com
www.act-therapie.com

Centre de thérapie intégrative (ACT – TOS – TCC): www.psyris.be