La psychologie expérimentale

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: La psychologie expérimentale est très développée en psychologie depuis plusieurs décennies. Elle cherche à comprendre les phénomènes psychologiques sous le mode des sciences expérimentales

La psychologie expérimentale La psychologie expérimentale est une méthologie systématique d'observation et d'acquisition de connaissances sur les attitudes et les comportements, basée sur l'expérimentation.

On peut l'opposer grossièrement à la méthode visant à demander aux personnes d'expliquer les causes, processus et conséquences de leurs comportements (pourquoi avez-vous fait ceci?, ou dans telle situation, vous pensez que vous feriez quoi?). En psychologie expérimentale, on sait que les gens sont très peu doués pour l'introspection et qu'en général, ils se trompent pour expliquer leurs comportements !

La psychologie expérimentale se fixe pour objectif de contrôler de façon très pointue les différents paramètres d'une situation pour en évaluer, de façon systématique, l'impact sur les attitudes et comportements. Le psychologue parle de variables.

La première étape du psychologue expérimental est de formuler une hypothèse plausible, généralement élaborée sur les recherches des autres psychologues ou sur une idée nouvelle.

Le psychologue expérimental va ensuite mettre en place une situation expérimentale. Il va en contrôler toutes les variables possibles; s'il oublie de le faire, ses collègues ne manqueront pas de lui en faire le reproche en lui signalant les biais et sa recherche ne sera pas publiée.

En psychologie expérimentale, le travail des statistiques est très important. Le psychologue (l'expérimentateur) va donc travailler avec deux ou plusieurs groupes de personnes (20, 25 personnes par groupe, ou parfois des centaines). Il va mettre en place une manipulation expérimentale, à laquelle sera soumis le premier groupe et pas le second. Et il va mesurer l'impact de la manipulation en observant la différence de moyenne entre les deux groupes.

Comme il doit pouvoir mesurer cette différence entre le groupe qui a reçu la manipulation et celle qui ne l'a pas reçue, il travaillera volontiers avec des réponses quantifiables; les sujets sont ainsi invités à répondre sur des échelles de 0 (=pas du tout) à 5 (=tout à fait). Une analyse statistique sur les moyennes lui permettra ensuite au scientifique de déterminer si son hypothèse de départ se vérifie ou pas.

SOMMAIRE l Exemple: comment une expérience de psychologie expérimentale démontre que l'introspection ne marche pas