Petits abus de pouvoir en privé

Auteure: Christine Calonne

Résumé: Ma consoeur Christine Calonne, psychologue, nous parle de son dernier livre, Petits abus de pouvoir en privé, paru chez Ixelles Editions

L'auteure, Christine Calonne, psychologue, nous parle de son livre

Cette réflexion s'inscrit dans la suite de mon premier livre « Les violences du pouvoir » paru chez L'Harmattan en 2005, consacré à la description de manipulateurs et de pervers narcissiques, à la recherche de pistes pour sortir de leur emprise, à la compréhension du contexte social actuel qui permet leur multiplication. En effet, un certain nombre de mes patients m'ont amenée à me questionner sur ce qui permettait de différencier un vrai manipulateur dans un couple, d'un ou une partenaire ayant parfois des comportements manipulateurs sans avoir une personnalité manipulatrice ou perverse narcissique. Ce nouveau livre décrit des couples où s'exercent des comportements manipulateurs ou agressifs comme dans beaucoup de couples après les premiers temps de la passion. Ces couples viennent me voir, poussés par la violence d'une crise, l'impasse de la communication entre eux, une distance affective, verbale, sexuelle de plus en plus grande, l'absence de projets de couple, ... Ils désirent faire évoluer leur relation et pour cela, ils sont prêts à se remettre en question au niveau de leur responsabilité personnelle dans la crise, au niveau de la recherche des causes de cette crise, notamment au niveau de la répétition de schémas relationnels de l'enfance, au niveau de la reconnaissance et de l'expression de leur souffrance, tout en s'aimant encore. Par contre, dans les couples où domine un manipulateur ou une manipulatrice, voire un ou une perverse narcissique, l'agresseur dominant ne se remet pas en question, étant dans le déni de sa responsabilité, de toute culpabilité, dans le déni de toute souffrance, dans la recherche d'emprise pour préserver son pouvoir sur l'autre. Dans ce cas, la thérapie de couple est une impasse supplémentaire se traduisant par la recherche de séduction du thérapeute par le manipulateur ou la manipulatrice, le mensonge, la victimisation, voire la disqualification du thérapeute.

Si le couple se remet en question, je peux amorcer avec chacun une communication non violente, c'est à dire affirmée, seule forme de communication qui permet l'évolution du couple. En effet, la communication agressive, manipulatrice ou passive maintient le couple dans l'impasse. Je décris dans mon livre des exemples de chaque type de communication à travers des échanges entre partenaires et avec moi. Je décris les caractéristiques de chaque type de communication.

Je décris également dans le livre comment se manifeste la répétition des conflits et blessures de l'enfance dans la relation du couple en crise, à travers divers exemples.
Je me suis interrogée également dans la suite de mon premier livre sur l'accroissement de la violence verbale et non verbale dans les couples actuels. En effet, deux couples sur trois se séparent bien souvent sans avoir tenté de comprendre et résoudre la crise, comme si une crise n'était pas l'occasion d'évoluer ensemble, mais un problème de plus dans la vie qu'il s'agit de résoudre en se séparant. Le dialogue est en effet traversé par des paroles insultantes, des dévalorisations, des culpabilisations, des cris, des regards absents, des doigts accusateurs, des jalousies s'étendant aux amis, aux enfants, des fouilles, ... Cette violence, je l'ai resituée dans le contexte de la société de consommation, du libéralisme économique encourageant la consommation de la relation plutôt qu'un échange entre personnes sur le plan mental, affectif, spirituel, sexuel ... Le plaisir est recherché avant toute autre chose et le moindre déplaisir engendre violence, puis rupture. Ce libéralisme économique favorise des rapports de rivalité, des rapports de forces où chacun veut avoir raison, des rapports de compétition, la recherche de performance, un égocentrisme narcissique visant le pouvoir, par l'action, tel que la sensibilité, la souffrance, la solidarité, l'émotion, l'écoute, l'empathie, n'ont plus leur place dans la relation. Les caractéristiques masculines sont prédominantes et si un ou une partenaire est plus féminin, il est vite agressé, manipulé ... Les caractéristiques sociales favorisant la masculinité se conjuguent avec les comportements issus de l'enfance pour déterminer qui sera dominant dans la relation et qui se retrouvera plus facilement dans une position de soumission passive. Ces rapports de forces empêchent le dialogue et la possibilité d'évoluer dans le couple.

Je décris dans le livre également les différents types de petits abus. Un petit abus ne veut pas dire qu'il est négligeable, mais qu'il est inscrit dans une relation qui peut évoluer parce qu'il n'est pas omniprésent, sans passage à l'acte agressif comme dans la relation d'emprise, sans déni, sujet à remise en question. Je décris les différents domaines où il peut s'exercer, ainsi que les mécanismes typiques, comme par exemple le triangle victime-sauveur-persécuteur.

J'esquisse dans le livre différentes pistes de solution aussi bien pour celui qui est en position d'agresseur que pour celui qui se retrouve en position d'agressé. Dans les deux cas, il est nécessaire de prendre enfin conscience et soin de soi afin d'amorcer une communication non violente : Prendre conscience de ses émotions, de ses sentiments, de ses besoins refoulés. Cela nécessite une écoute de soi, de son corps véhicule des émotions et des sentiments refoulés. Cette écoute permet de comprendre la cause de la passivité, ou de l'agression. Elle permet de penser à soi, condition pour pouvoir dire non aux comportements inacceptables de l'autre. Elle permet de retrouver une estime de soi malmenée par les agressions répétées. Elle permet d'équilibrer en soi le masculin et le féminin afin de développer une relation égalitaire et affirmée.

J'esquisse des pistes de solution pour celui qui agresse : Développer l'empathie en se recentrant sur le ressenti et le vécu de l'autre, apprendre à écouter, apprendre à laisser surgir l'émotion de tristesse, la douleur derrière la colère qui monte. Développer un dialogue en « je » plutôt qu'un discours fait de « tu » accusateurs ou moralisateurs. Apprendre à résoudre un conflit en exprimant d'abord son émotion, son sentiment, leur cause, la demande et le besoin sous-jacent, envisager avec l'autre toutes les solutions possibles, négocier les solutions, ... En s'ouvrant à sa fragilité, l'agresseur entre en communion avec la fragilité de l'autre et une relation plus intime, plus profonde, plus spirituelle, plus solidaire devient possible. Le couple peut ainsi évoluer vers le bonheur toujours à cultiver, toujours à faire renaître, par la recherche de temps pour le couple, de projets communs, de temps pour se détendre, pour échanger ensemble, pour donner aussi bien que pour recevoir ...

Je propose cette approche aux couples en crise à mon cabinet de Liège, 98 rue du 15 août à Ans, ou à mon cabinet de Namur, 17, avenue cardinal Mercier. Pour plus d'informations, vous pouvez consulter mes deux sites : www.psychotherapie-calonne.be et www.traiter-manipulation.be