Le débat de l'inné et de l'acquis en psychologie

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Le débat de l'inné et de l'acquis est très ancien en psychologie. Il pourrait être traduit par un débat entre éducation et génétique

Une échographie Ce foetus de trois mois en sait-il déjà plus qu'on veut bien le croire ? Certains de ses traits de personnalité sont-ils déjà inscrits en lui ?

La question de l'inné et de l'acquis reste très débattue et en constante évolution en psychologie. La question est assez ancienne, et trouve, par exemple, une illustration historique dans le cas de Victor, l'enfant sauvage de l'Aveyron. La position actuelle est certainement des plus nuancées.

L'inné

Il est tout à fait évident que nous naissons tous avec des tendances préexistantes en terme de comportement et de personnalité, tendances liées à notre patrimoine génétique hérité. Le rôle de l'inné ne fait aucun doute. De plus en plus d'ailleurs, les recherches s'orientent vers des pistes biologiques pour améliorer notre compréhension de certaines pathologies, tant physiques (ce qui va généralement de soi) que psychologiques (ce qui reste encore un peu tabou pour certains).

Des études gémellaires (sur des jumeaux) mettent en évidence des probabilités accrues de développer certaines pathologies identiques chez des jumeaux qui ont pourtant été accidentellement séparés à la naissance.

Parents, nous savons également qu'à milieu identique, dès la naissance, des petits traits de personnalité sont déjà présents, un peu plus chez les uns et un peu moins chez les autres.

L'acquis

L'acquis a pourtant clairement son mot à dire et ne peut en aucun cas être sous-estimé ! Il est tout aussi évident, par exemple, que la culture d'origine, le contexte historique, l'origine sociale dans une culture donnée, vont modeler les structures psychologiques, les comportements, les 'personnalités' des individus, leur façon de parler, de réagir à certaines situations.

Ensuite, l'acquis est bien évidemment familial: la façon dont nos parents nous auront éduqués, les valeurs enseignées, les réactions observées et apprises, les atmosphères, les ambiances vont particulièrement peser sur notre rapport au monde.

En guise de conclusion

Comme toujours, tout est à nuancer et méfiez-vous du simplisme ! Certains, nés dans un milieu très défavorisé, s'en sortiront très bien du fait de ce 'petit quelque chose en eux'... D'autres, ayant tout pour réussir, partiront sur une mauvaise pente. Ainsi, peut-être, l'éducation aura-t-elle pour principal objectif de développer et promouvoir ce que nous avons en nous dès la naissance, mais qui n'est jamais ni gagné ni perdu d'avance !!

SOMMAIRE l Victor, l'enfant sauvage de l'Aveyron