Le cas Phineas Gage et les lésions du cortex préfrontal

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Quiconque s'intéresse un tant soit peu à la neuropsychologie des émotions doit avoir entendu parler de Phineas P. Gage dont l'étrange histoire est décrite avec brio dans les chapitres introductifs de l'ouvrage de Damasio (1995). Je vais m'efforcer de vous présenter, en quelques lignes, le parcours de Monsieur Gage...

Réalisation : Nicolas Vermeulen, Neuropsychologue

Quiconque s'intéresse un tant soit peu à la neuropsychologie des émotions doit avoir entendu parler de Phineas P. Gage dont l'étrange histoire est décrite avec brio dans les chapitres introductifs de l'ouvrage de Damasio (1995). Je vais m'efforcer de vous présenter, en quelques lignes, le parcours de Monsieur Gage.

En 1848, Phineas P. Gage est âgé de 25 ans, c'est un homme athlétique et vif mesurant 1 mètre 67. A cette époque, il occupe un poste de chef d'équipe dans les travaux de construction des voies ferrées en Nouvelle-Angleterre, dans le nord-est des Etats-Unis. En arrivant sur Cavendish, une ville du Vermont, la tâche devient plus ardue : les couches rocheuses sont très dures. Malgré cela, il faut maintenir un tracé le plus rectiligne possible. Il s'agit dès lors de faire exploser la roche.

C'est Phineas Gage qui dirige les travaux, c'est lui-même en personne qui tasse la poudre au moyen d'une barre de fer créée sur mesure à sa demande. Cet après-midi là, Phineas Gage est distrait, quelqu'un l'appelle derrière lui. Son collègue n'a pas le temps de verser le sable protecteur sur la poudre que Phineas commence machinalement à la tasser.

Une détonation inhabituelle et un sifflement bizarre se font entendre. La roche n'a pas bougé et Phineas Gage est étendu au sol. La barre de fer a atterri à une trentaine de mètres de là, recouverte de sang et de tissu cérébral. Cette barre de fer d'un mètre-dix de long, trois centimètres de section et pesant 6 kilos a pénétré sous la joue gauche de Phineas pour ressortir par le sommet de son crâne.

Modélisation de la lésion subie par Phineas Gage Nonobstant ce traumatisme, Phineas n'est pas mort, il a même parlé quelques minutes plus tard et est descendu de la charrette qui le menait chez le Docteur Harlow presque sans aide.

Soigné pendant de longs mois par le Dr Harlow, Gage s'en sort sans déficit neurologique. Il parle bien, il n'est pas paralysé, il a cependant perdu la vue de l'œil gauche mais voit bien de l'œil droit. Sa démarche est assurée.

En dépit de ce bon rétablissement physique général, son «caractère» avait changé. Gage n'était plus Gage. Il était d'humeur changeante, parfois grossier, inconstant et capricieux. Les remontrances les plus sévères du Dr. Harlow ne servaient à rien.

Son statut social changea, il ne put continuer à diriger les travaux de construction de la voie ferrée. Son parcours est ensuite chaotique : il a travaillé dans l'élevage de chevaux mais fut renvoyé, il fut une attraction du célèbre cirque Barnum à New-york, il fut conducteur de diligence à Santiago, puis à Valparaiso en Amérique du Sud. Finalement il mourut le 21 mai 1861 (13 ans après l'accident) dans une grande crise d'épilepsie.

[ Retour au début de l'article neuropsychologie des émotions l Suite: hypothèse des marqueurs somatiques ]