Impacts psychologiques de la crise économique

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: En tant que psychologues, nous sommes en première ligne pour constater l'impact moral et psychologique de la crise économique au niveau des travailleurs

Dépression, anxiétéPsychologues, médecins, psychiatres, assistants sociaux, intervenants de première ligne, nous sommes tous confrontés à l'impact de la crise économique actuelle sur l'état psychologique, moral, la santé physique et mentale du travailleur.

Augmentation de la pression

Le premier constat est probablement celui d'une augmentation de la pression et des tensions ressenties par un grand nombre d'entre nous au travail. Le climat est à l'agressivité (commerciale, relationnelle, managériale). Il faut trouver des clients, vendre, plus, mieux, en moins de temps. Réaction comparable à un organisme qui s'asphyxie, panique, accélère le rythme respiratoire et la mobilisation de ses ressources énergétiques.

Le management devient plus dur. Plus directif. Moins humain. Le gant de velours tombe et la main de fer peut prendre les commandes. Pas simple, soulignons-le, de manager une équipe en temps de crise. Le manager est lui-même en situation délicate avec ses objectifs à atteindre, les pressions de sa propre hiérarchie, les réactions de son équipe (cf. infra).

A côté de son côté plus dur, le management peut devenir beaucoup plus chaotique, ou carrément contradictoire à la recherche de solutions qui ne viennent pas. On vire à droite, on rebraque à gauche, facteur de stress démontré au niveau des travailleurs.

Impact physique et moral

Point besoin d'insister lourdement sur les conséquences humaines en terme de dépression, stress, maladies physiques (liées elles-mêmes au manque de sommeil, au stress, à la dépression: le lien est démontré entre état psychologique et résistance du système immunitaire!).

Un autre impact constaté est celui de soucis professionnels que l'on ramène beaucoup plus à la maison le soir et qui ont un retentissement sur la vie de famille. Le climat d'insécurité lié à la potentielle perte d'un emploi ou au fait qu'on ne peut pas en changer !

Enfin, le sentiment pour beaucoup de ne plus faire du bon travail, de ne pas obtenir les résultats attendus, de viser des objectifs inatteignables et irréalistes. On est bien loin du sentiment si motivant du boulot bien fait et du devoir accompli...

Retour de manivelle pour l'entreprise

Les retours de cette pression et de cette agressivité commerciale et relationnelle ambiante se traduisent par des retours de kick on ne peut plus classiques. Face à un patient dans un état moral et/ou physique déplorable, un médecin traitant prendra une mesure de mise à l'écart TOUT A FAIT JUSTIFIEE qui se solde donc par l'absence du travailleur. Avec le cercle vicieux suivant: une équipe se retrouve en effectifs réduits pour un travail qui reste le même, ce qui implique une augmentation de la pression. Et parfois de l'agressivité sur le travailleur absent.

L'impact motivationnel pour le travailleur est gigantesque. D'un état d'esprit naturellement collaboratif et constructif, le travailleur va entrer dans une situation tout aussi naturelle de résistance (souvent larvée) vis-à-vis de l'entreprise, considérée comme l'agresseur dont il faut se protéger. La perte est difficilement chiffrable pour une entreprise, mais tout à fait claire !