Les comportements confirmatoires

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Les comportements confirmatoires sont des comportements que nous mettons en place de façon automatique et inconsciente et qui confirment notre façon de voir les choses

CQFD, ce qu'il fallait démontrer C.Q.F.D... ce qu'il fallait démontrer... Véritables cercles vicieux ou pièges psychologiques, les comportements confirmatoires (ou confirmation d'hypothèse) nous amènent à poser des actes qui vont nous conforter dans nos représentations du monde, de nous-mêmes et des autres, nous démontrer que nous avons raison de penser ce que nous pensons. Nous avions déjà abordé ces questions sous un angle un peu différent avec l'effet Pygmalion et les prophéties auto-réalisantes.

Je vous propose deux exemples de comportements confirmatoires classiques: Marie (qui a raison d'être jalouse) et Marc (qui se confirme que les autres ne l'aiment pas).

Marie a bien raison d'être jalouse

Marie est jalouse. Cela lui pose de sérieux problèmes dans le couple, où elle instaure un climat de suspicion. C'est 'plus fort qu'elle' et elle reconnaît en souffrir et faire souffrir son compagnon. De fil en aiguille d'ailleurs, celui-ci commence à lui cacher certaines choses, non pas qu'il se comporte mal où que cela fasse partie de ses habitudes, mais afin d'éviter, petit à petit, les traditionnelles questions et séances d'interrogatoires de Marie qu'il commence à appréhender vraiment. Il s'adapte (conséquence) à la jalousie de Marie (cause).
Récemment, il ne lui a pas dit qu'il est allé boire un verre de façon improvisée avec une amie d'université retrouvée par hasard. Hélas! (ou tant mieux?), Marie l'apprend par une connaissance commune qui lui en parle très spontanément. Cela crée une crise de plus. Et Marie s'en retrouve confortée dans ses représentations de son copain: il lui cache des choses qu'elle doit absolument découvrir. Pour elle, c'est un CQFD...

Marc que les autres n'aiment pas

Marc a toujours été très timide. Les situations de groupe, il n'aime pas. Les regard des autres sur lui quand il parle, les oreilles attentives, voilà une situation redoutée et aversive. Il pense, sans s'en rendre vraiment compte d'ailleurs, que les autres ne l'apprécient pas plus que ça.
Le malaise de Marc est apparent. Sa légère anxiété se marque sur son visage. Il sourit moins qu'il le devrait; paraît tendu. Parfois, il perd d'ailleurs un peu le fil des conversations, focalisé sur ce malaise qu'il ressent et sur le fait qu'il voudrait partir.
Les autres s'en aperçoivent. S'ils savaient ce que Marc ressentait vraiment, ils le rassureraient. Mais ils comprennent de travers et prennent les comportements de Marc pour du désintérêt, de l'antipathie. Donc, ils lui sourient moins, lui adressent moins la parole et moins de regard, l'incluent moins dans les interactions. Ici aussi, pour Marc, c'est un CQFD.

Des phénomènes très puissants

Les confirmations d'hypothèse ou comportements confirmatoires constituent des phénomènes psychologiques très puissants et automatiques. On peut d'ailleurs définir la méthodologie scientifique comme un ensemble de principes visant à se dégager des confirmations d'hypothèses. Ainsi en va-t-il également en justice, où il convient de monter un dossier à charge et à décharge. Considérer a priori quelqu'un comme étant coupable mène à de terribles confirmations d'hypothèse!