Les complexes physiques

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Résumé: Les complexes physiques peuvent susciter beaucoup de souffrance dans la vie d'une personne. Comment identifier et caractériser un complexe, définir sa gravité ?

Un complexe physique est susceptible de se fixer sur n'importe quelle région du corps. Il est caractérisé non pas par son côté objectif (la taille du soutien gorge ou la longueur du nez), mais bien plus par la souffrance qu'il engendre chez la personne complexée. La souffrance est donc le critère.

Cette souffrance est liée aux émotions négatives ressenties par la personne, mais aussi (et surtout) par l'impact du complexe sur les relations avec les autres. Le complexe se pose en empêcheur d'être aimé, en empêcheur de trouver sa place parmi les autres.
Un exemple de complexe physique et de son impact ? Je suis trop grosse pour être aimée.

Ceci étant dit, le complexe peut naître d'une vraie et très problématique différence physique. D'un défaut physique objectif. Pensons par exemple à la situation de quelqu'un dont le visage a été gravement brûlé.

La chirurgie esthétique comme réponse?

Je dirais que, du point de vue du psychologue, le premier objectif est d’amener la personne à s’accepter elle-même, telle qu’elle est. Le complexe renvoie principalement à la perception que l’on a de soi-même, et à la perception que l’on a de la façon dont les autres nous perçoivent. Plus facile à dire qu'à faire !

Il y a trois situations qui devraient poser des questions par rapport à l’intervention chirurgicale. D’abord, l’intervention chirurgicale me semble déplacée quand, objectivement parlant il n’y a pas de raison d’être complexé par une caractéristique physique qui n’est pas réellement anormale. Un nez un peu trop long, des seins dans la petite moyenne….

Ensuite l’intervention chirurgicale me paraît problématique quand elle est effectuée pour quelqu’un d’autre, qui exerce une pression malsaine ou mène un chantage affectif. Pour le conjoint par exemple, qui rêverait de seins plantureux et fait de ce fantasme un critère rédhibitoire. A ce sujet également, il est possible de développer un complexe par le simple fait de se faire répéter par quelqu’un que notre nez est trop long ou nos seins trop petits…

Enfin, l’intervention chirurgicale me semble problématique quand il s’agit uniquement de ressembler à un modèle ou une pseudo moyenne complexante.

SOMMAIRE