COVID-19 - Les professionnels du site s'organisent pour maintenir des consultations à distance.
Plus d'infos | Vers l'annuaire téléconsultations
Participer à une enquête de l'UCL concernant votre vécu psychologique de cette crise du COVID-19. Merci de donner entre 15 à 20 minutes de votre temps pour aider les chercheurs à cartographier la situation !

Les signaux d'alerte du burn-out

Auteure:
Consultations: 1400 Nivelles et 7090 Braine-le-Comte
Plus d'infos, autres publications: vers sa fiche d'auteure

Résumé: Comment repérer les signaux d'alerte du burn-out, et surtout comment les repérer les plus rapidement possible, avant que le burn-out ne se soit agravé

Ce qui doit retenir tout spécialement l’attention d’autrui, c’est le fait que la personne ne vous semble plus être elle-même, que vous ne la reconnaissez plus au travers de son comportement.

Les personnes qui se dirigent vers un burn-out ne vont pas présenter nécessairement les mêmes caractéristiques mais certains symptômes se rencontrent plus couramment. Les voici présentés :

  • Une fatigue intense et (quasi) permanente qui reste présente malgré le repos ou les distractions. Il s’agit d’une fatigue à distinguer de celle qui peut suivre naturellement une période particulièrement intense ou chargée au travail mais dont la personne va récupérer après quelques jours de congé ou de bonne nuits de repos. Dans le cas de la personne présentant les symptômes d’un burn-out, cette fatigue est permanente et il y a une chute importante de l’énergie. Vidée de ses forces, elle se sent débordée par les événements, tout devient pour elle un effort.
  • Des réactions émotionnelles disproportionnées. La personne ressent et exprime ses émotions de manière excessive. Cela ne correspond pas à sa manière habituelle de réagir aux situations, aux contrariétés ou aux frustrations : on assiste à des crises de larmes incontrôlables, à des explosions de colère, voire à de l’agressivité… La personne est devenue irritable et explose pour un rien.
  • Les plaintes relatives au travail se multiplient. Des situations, des personnes qu’elle appréciait lui deviennent insupportables, l’irritent. Elle perd l’envie d’aller travailler, appréhende toute nouvelle journée de travail et la personne devient de plus en plus négative.
  • Des perturbations du sommeil qui se prolongent : difficultés à s’endormir, nuits agitées, réveils en cours de nuit …
  • Une vulnérabilité plus importante aux maladies, aux affections physiques (infections à répétition …) et des douleurs diverses (raideurs, courbatures, maux de dos, problèmes intestinaux …)
  • Des problèmes de concentration et de mémoire qui se manifestent par des erreurs, des oublis plus fréquents.
  • Une consommation accrue de stimulants tels que le tabac, l’alcool, les médicaments
  • Au travail et même dans sa vie privée, la personne développe avec les autres des rapports plus tendus, difficiles et elle tend à s’isoler de plus en plus, à se replier et à se réfugier dans le silence. Elle semble se désintéresser des autres, de leurs soucis et préoccupations et paraît insensible. Elle perd son sens de l’humour, devient plus susceptible et méfiante à l’égard des autres.
  • Sur le lieu de travail, le manager doit se montrer attentif à des absences régulières ou, au contraire, à un surinvestissement dans le travail (la personne allonge son temps de travail mais le rendement et l’efficacité du collaborateur sont diminués). Si, en plus, la personne prend plus difficilement des décisions, a perdu une grande part de sa créativité, se tient de plus en plus isolée de ses collègues et semble avoir de plus en plus de difficultés à gérer les relations avec les clients ou le public éventuel, il est important de se poser des questions.
Il est important que l’entourage puisse être attentif aux symptômes évoqués plus haut. Si de tels changements semblent se présenter chez la personne, invitez-la à en parler ou à s’adresser à son médecin généraliste.
Les proches sont souvent les premiers à se rendre compte des symptômes et de la souffrance, et ceci bien avant que la personne elle-même puisse réaliser ce qui lui arrive. La personne qui se dirige vers un burn-out a régulièrement tendance à nier ou à minimiser les signaux précurseurs qui se présentent. Le rôle de l’entourage dans la prise de conscience du processus est primordial.

Vers le sommaire | Suite: les 3 grandes causes du burn-out