Les blagues sur les blondes

Auteur:

Résumé: Analyse du phénomène des blagues sur les blondes avec quelques outils de la psychologie et de la psychologie sociale. Les blagues sur les blondes: une manière détournée de continuer à se moquer des femmes?

Mais d'où sortent donc ces blagues sur les blondes, qui ont connu (connaissent encore?) tellement de succès? Cet article vous propose une courte analyse psychologique et psychosociologique du phénomène.

Analyse psychologique

Point de départ: les blagues sur les blondes racontent une histoire sur une personne possédant deux caractéristiques principales.

  1. La première caractéristique de la personne est qu'elle a des cheveux blonds;
  2. La seconde caractéristique de cette personne est d'être de sexe féminin.

Les plus vifs d'entre vous ont déjà compris ! Les blondes devront sans doute relire...

Blagues sexistes et stéréotypes

Et vous avez déjà compris en effet qu'il y a une de ces deux caractéristiques [blonde / femme] qui est la vraie caractéristique, et l'autre qui est ce que j'appellerai une information écran de fumée. Commençons par cette dernière, la fausse information: les cheveux blonds. Il s'agit d'une caractéristique qui ne possède aucune valeur informative essentielle. Les blagues sur les blondes étant donc (allons-y sans traîner) des blagues sexistes sur les femmes, qui reposent sur les stéréotypes féminins négatifs.

Principalement, c'est l'un de ces vieux stéréotypes discriminatoires qui seraient mis en cause: l'intelligence des blondes, leur esprit manquant de logique ou leurs comportements inconséquents, irréfléchis et puérils (femme-enfant). Ou telle blague qui raconte à quel point une blonde est nulle en mécanique. Les blagues blondes mettent systématiquement en avant un problème de cet ordre.

La couleur de cheveux sert donc de prétexte de la manière suivante: on peut en rire, puisque l'on ne rit pas de toutes les femmes, mais seulement d'une sous-catégorie qui porterait donc à elle toute seule les stéréotypes féminins négatifs classiques.

Désirabilité sociale, stéréotypes et sous-catégorisation

Plus techniquement, les blagues sur les blondes .... euh pardon les femmes ! ... s'articulent donc sur trois principes de psychologie:

  1. ce que nous appelons les comportements socialement acceptés et désirés (le politically correct) d'un côté; et le sexisme n'en fait plus partie aujourd'hui;
  2. le fait que les stéréotypes discriminatoires vis-à-vis des femmes restent, qu'on le veuille ou pas, quel que soit notre sexe!, et qu'on soit sexiste ou pas, présents en chacun(e) de nous (ainsi, parmi bien d'autres études sur le sujet, celles démontrant qu'à fonction tout à fait égale dans une entreprise, une femme gagnera beaucoup moins qu'un homme !!) ;
  3. pour réduire cette tension entre 1/ et 2/ et rendre socialement acceptable une blague dont le ressort humoristique est sexiste, nous sous-catégorisons en faisant référence au pseudo-groupe des blondes (cf ci-dessus).

Conclusions

La question posée par les blagues sur les blondes n'est donc pas du tout d'évoquer le fait que les blondes seraient plus stupides que les brunes. Cette question renvoie à des stéréotypes encore très présents qui voudraient que les femmes sont moins intelligentes, habiles et responsables que les hommes.

Terminons en rappelant qu'en français, une blonde c'est synonyme de femme. « Au près de ma blonde... » dit la chanson. Et lorsqu'un québécois vous parle de sa blonde, c'est de sa femme qu'il vous parle... Je pense d'ailleurs que c'est de chez eux que nous sont arrivées les blagues sur les blondes. Sur les femmes.


Texte mis en ligne le 12-04-2009 - Mise à jour le 29-09-2018