Formation psychothérapie - Devenir psychothérapeute

Auteur: Jérôme Vermeulen psychologue

Vous souhaitez devenir psychothérapeute? Lisez d'abord ceci...

Vous souhaitez devenir psychothérapeute, et vous étudiez actuellement la possibilité de suivre une formation en psychothérapie? Pour bien des personnes, l'aide à autrui et la psychothérapie constituent, lors de ce que j'appelle la crise professionnelle de la quarantaine, une perspective de réorientation apparemment accessible aisément. Les enfants ont grandi, la vie professionnelle déçoit, plafonne, l'entreprise est stressante, on aspire à autre chose. On souhaite plus et mieux d'humain, on se sent l'envie de conseiller, d'aider, et nombreux sont ceux et celles qui pensent à s'engouffrer passionnément dans une profession psychothérapique.

Peut-être vous reconnaissez-vous dans cette description? Que cela soit le cas ou pas, cette démarche, dans l'absolu, est tout à votre honneur et c'est le choix que j'ai fait il y a longtemps, bien plus jeune toutefois, en m'engageant dans mes études de psychologie; faire de l'aide à autrui votre future profession est un projet vraiment enthousiasmant. Mais comment transformer ce projet en réalité? Vous surfez donc sur le net à la recherche d'infos et les offres alléchantes sont nombreuses.

Avant de vous engager dans quoi que ce soit, lisez ce qui suit.

Le marché juteux des formations privées à la psychothérapie

Sans placer toutes les formations ni tous les formateurs dans le même sac, de nombreuses personnes surfent sur la vague et le marché juteux des formations à la psychothérapie pour des personnes en quête de réorientation professionnelle. Souvent ces formations coûtent cher et rapportent gros (à ceux qui les donnent). Une formation privée peut coûter plusieurs milliers d'euros par an, plusieurs centaines d'euros par jour de formation...

Ces écoles vous proposent de vous former à l'aide à autrui, de faire de vous un psychothérapeute disposant des outils nécessaires et suffisants pour faire votre entrée dans le secteur. On vous parle de formation certifiante en 8 semaines, ou de formation de trois ans avec un diplôme à la clé, ou d'une formation reconnue par l'association européenne des psychopraticiens, tout cela étant sensé faire de vous une personne apte à pratiquer...

Mais est-ce bien vrai, et quels sont les réels débouchés, aujourd'hui, en Belgique?

Le titre de psychothérapeute bientôt protégé

En fait, sur papier, il l'est déjà. La loi Muylle et consorts (2014) a fixé un nouveau cadre légal pour la pratique de la psychothérapie. Cette loi est actuellement réexaminée en profondeur par le cabinet de la ministre De Block, qui resserre encore plus les boulons autour de l'accès à la pratique de la psychothérapie. Soyez en tous les cas bien conscient que la loi prend actuellement un grand virage en Belgique et que demain ne sera plus pareil à hier.

L'alternative est simple pour ces instituts privés de formation. Il suffit de ne plus proposer de formation à la psychothérapie, mais de vous proposer de devenir coach bien-être, ou coach de vie, ou psychopraticien ou thérapeute en bioénergie. Le terme psychothérapeute est très facile à contourner. Mais pour vous, la conséquence est la même: vous risquez, au terme de votre formation, d'avoir dépensé beaucoup d'argent pour rien du tout.

Votre centre de formation aura-t-il l'honnêteté ou la gentillesse de vous en informer avant de vous engager dans ces dépenses financières probablement élevées et potentiellement perdues dans un nouveau cul-de-sac professionnel?

Une chose est sûre, au moment de réaliser ce qui vous arrive, personne ne vous remboursera votre coûteuse formation.

Conclusion

Surtout: faites bien gaffe et renseignez-vous!

Ne vous engagez pas sans y avoir réfléchi à deux fois et si vous vous engagez, vous ne viendrez pas dire que je ne vous avais pas prévenu. L'aide psychologique professionnelle ne s'improvise pas par quelques semaines de formation, s'inscrit aujourd'hui dans des formations reconnues par l'Etat et les autres professionnels du secteur, et vous prenez un grand risque en vous engageant dans une formation qui --peut-être ou probablement--, demain, ou dans un an, peut vous mener à un nouveau cul-de-sac professionnel.

Jérôme Vermeulen, psychologue et webmaster

L'article suivant pourrait également vous intéresser:

1. Réouverture de la loi Muylle et consorts par la ministre Maggie De Block