Loi de 1990 Cas de figure

Auteur:

Résumé: Avant d'aborder la loi elle-même, présentons quelques éléments types que l'on retrouve dans le cadre d'une procédure de mise en observation

Avant d'aborder la loi elle-même, présentons quelques éléments types que l'on retrouve dans le cadre d'une procédure de mise en observation.

Généralement, c'est du milieu familial de la personne problématique qu'émane la demande. Dans la majorité des cas, ce sont les actes de cette personne qui amènent l'entourage à bouger. Souvent, il s'agit d'actes ou de débordements agressifs à l'encontre de cet entourage, de passages à l'acte brutaux. Dans beaucoup de cas, cela fait longtemps que la personne ne tourne pas très rond ; il y a alors un débordement agressif de trop qui effraie vraiment tout le monde.

Le médecin généraliste reste l'intervenant privilégié auquel l'on fait appel. Le médecin reste, dans l'esprit de la loi, un personnage clé tout au long de la procédure. Sa présence pour aider l'entourage et la personne elle-même est incontournable.

Les troubles typiques sont ceux où la personne semble s'être déconnectée avec la réalité, comme dans le cadre de troubles psychotiques. Ces troubles peuvent mener à des passages à l'acte agressifs, que cette agression soit orientée vers soi-même (et mène à des tentatives de suicide ou des auto-mutilations) ou vers les autres (dans le cas de symptômes paranoïaques, par exemple).
Mais il existe bien d'autres cas de figure qui doivent être laissés à l'appréciation de chacun.

Suite: première présentation de la loi


Texte mis en ligne le 01-01-1970